Une tournure horrible dans l’intrigue – Johnny Gosch et le contrôle mental

Une semaine ou deux après le dévoilement de l’histoire de Jeff Gannon (Le petit livreur de journaux d’IOWA devient le reporter de LA MAISON BLANCHE ?), les choses ont pris un tournant dramatique (et vous pensiez que c’était déjà dramatique):
Noreen Gosch, la mère de Johnny Gosch, a déclaré sur divers chaines … que Jeff Gannon pouvait être son fils qui avait été kidnappé, Johnny. 


Un certain nombre d’enquêteurs privés ont confirmé cette affirmation stupéfiante: 
  • Jim Rothstein, un détective retraité de New York qui se spécialise dans l’esclavage des enfants et les réseaux de pédophiles … 
  • Ted Gunderson , un ancien homme du FBI … 
  • Le sénateur John DeCamp qui a dit que Paul Bonnacci avait reconnu Gannon 
  • Sherman Skolnick – Depuis 1958, Sherman H. Skolnick a été un réformateur de la cour. Depuis 1963, il est le fondateur / président du Comité des citoyens pour l’assainissement des tribunaux, un groupe d’intérêt public qui étudie et divulgue certains cas de corruption judiciaire et de meurtres politiques.

Comme la plupart d’entre vous le savent déjà, Noreen Gosch est la mère de Johnny Gosch. Lorsque Johnny Gosch avait 12 ans et travaillait comme livreur de journaux pour le journal Des Moines Register, il a été enlevé non loin de chez lui. … … il a été enlevé dans la rue, poussé sur le siège arrière d’une voiture, drogué … 

Des années plus tard, le 5 février 1999, Paul Bonacci,  … devant un tribunal de district de Lincoln, dans le Nebraska, raconte minutieusement les sordides détails de l’enlèvement de Johnny Gosch,  forcé de participer à un réseau pédophile d’esclaves parrainé par une élite gouvernementale … qui déshumanisait et contrôlait ses jeunes victimes malheureuses en utilisant des techniques telles que la drogue, le meurtre, les rituels sataniques, les abus sexuels et la torture, entraînant un trouble de la personnalité multiple (MPD). Les enfants ont été programmés de manière systémique et “zombifiés” dans le cadre du programme de contrôle mental MK-ULTRA (MK = contrôle mental) de la CIA.

Jeff Gannon n’a jamais été retrouvé, ni vu depuis sa disparition … sauf que sa mère affirme l’avoir revu:

Gardez à l’esprit – Noreen est restée quelque peu voilée et indirecte dans sa méthode de communication sur cette connexion Gosch / Gannon pour des raisons assez évidentes – son fils, en tant que victime d’enlèvement, peut avoir les informations sur des personnes très puissantes et dangereuses.
En 1997, une quinzaine d’années après avoir été enlevé, Johnny (à ce moment-là âgé de 27 ans) s’est présenté seul chez sa mère dans la nuit.
Il a raconté une histoire terrifiante d’esclavage sexuel, d’abus rituel satanique et d’avoir été littéralement torturé … entraînant un trouble de la personnalité multiple. (Cela semble familier?) 

Ironiquement, Mme Gosch avait déjà eu connaissance de certains de ces faits après avoir été recherchée par Paul Bonacci qui, de prison, lui avait parlé. Et il avait parlé aussi à Ted Gunderson à propos de l’enlèvement. Paul avait été forcé de participer au crime réel. Noreen Gosch et Gunderson avaient fait des visites répétées à Bonacci en prison au fil des ans, afin de recueillir plus d’informations.
Le soir de sa visite, Johnny avait demandé à sa mère de ne pas révéler les informations. Quelques années plus tard, elle a été assignée à comparaître et mise sous serment pendant le procès de Bonacci, qui a coûté un million de dollars contre Lawrence King.
Le fait que son fils n’ait pas été en mesure de se libérer ou de se présenter aux autorités avec son histoire … est de facto un témoignage envoûtant de la réalité de son esclavage et de l’inutilité absolue des autorités communautaires “ordinaires” et l’application de la loi locale, pour protéger sa vie contre un syndicat / une secte de crime très cruelle et extrêmement “puissante“. 

Peu après le procès de Bonacci, Noreen Gosch a publié son livre “Pourquoi Johnny ne peut pas rentrer à la maison” … comme moyen de protéger son fils grâce à une sensibilisation accrue du public.

Et puis … huit ans après sa visite nocturne chez sa mère, Gannon / Guckert / Gosch apparaît dans l’équipe de presse de la Maison Blanche.

De plus, ce qui rend cette situation compliquée et frustrante, c’est que la partie “Gannon” de la personnalité de cet homme ne reconnaît rien de son identité de Johnny Gosch, une indication classique de la personnalité multiple.
À un certain niveau de son subconscient, Gosch / Gannon a tenté de tendre la main. Un certain nombre de personnes ont souligné le fait qu’il s’était toujours plié aux initiales “J” et “G” pour ses divers pseudonymes comme une sorte d’indice subliminal de son identité… Johnny Gosch, James Guckert et Jeff Gannon. 

Le pseudonyme de “Jeff Gannon”, que Guckert / Gosch a choisi pour lui-même, est intéressant et pourrait indiquer que peu de temps après la disparition de Johnny, Noreen Gosch a lancé un appel personnel au rédacteur en chef de Des Moines Register, l’employeur de Johnny. L’éditeur a imprimé sa lettre dans le journal et s’est moquée d’elle en permettant au service de police de discréditer publiquement le contenu de la lettre. Le nom de l’éditeur était James Gannon.

Aussi difficile que cela puisse paraître d’intégrer ces éléments dans son esprit, le fait est que, pendant des décennies, Johnny Gosch a été utilisé comme esclave sexuel, contrôlé par le mental pour les plaisirs pervers et malades des “élites”. Il a apparemment été utilisé pour un certain nombre d’autres tâches, au fil des ans … intrigue de la CIA, travail de renseignement, opérations d’infiltration, etc.

Paul Bonacci, Ted Gunderson et de nombreux autres témoins oculaires, survivants d’occultisme, enquêteurs privés et dénonciateurs du gouvernement témoignent (ou tentent de témoigner) qu’il y a beaucoup d’autres victimes, tout comme Gosch. 
Voici une autre histoire, par exemple: L’histoire de Judi Chase … (À l’exception d’une garderie et d’une agence d’accueil / d’adoption (seuls les noms ont été modifiés), tous les lieux, faits, moments et événements qui se déroulent dans cette histoire sont réels et ont été soigneusement documentés à l’aide de courriels. , de télécopies, de transcriptions, d’entrevues enregistrées et de la correspondance, dont des extraits sont inclus dans The Memories.)

Noreen Gosch a fourni un résumé de cette saga tragique sur le site officiel de Johnny Gosch:

… L’enlèvement de Johnny n’était pas un hasard. Les preuves indiquent que la photo de Johnny a été montrée à plusieurs personnes la nuit précédente, alors que l’enfant ils l’ont enlevé le matin.

En 1989, Paul Bonacci a fourni à son avocat, John DeCamp, des informations indiquant qu’il avait participé à l’enlèvement d’un livreur de Des Moines, en Iowa. Ce papetier était Johnny Gosch. …

Selon de nombreux reportages sur Paul Bonacci, Michael LaVey (fils d’Anton LaVey) et Johnny Gosch lui-même, Johnny a été pris par un réseau mondial de pédophiles et de pornographie très organisé. Les preuves associent ce même réseau porno / pédophile au scandale du boycott du Congrès, au blanchiment d’argent, au trafic de drogue, au commerce illégal d’armes, etc.

Comme tant d’autres, avant et après, Johnny a subi de graves traumatismes et tortures de nature satanique et sexuelle, afin de détruire intentionnellement la personnalité consciente… le lavage de cerveau. Cette application intentionnelle du traumatisme est une procédure systématique utilisée pour contrôler ces victimes, afin de les utiliser dans l’esclavage sexuel, la pornographie et plus encore.

… Il est connu sous le nom de “caméléon”. Pourquoi? Parce qu’il peut changer complètement d’apparence.

Netflix a mis à disposition un très bon documentaire “Who Took Johnny“, également disponible sur YouTube pour un frais de 3,99 $ … ce qui est vraiment le traitement définitif de l’histoire de Johnny Gosch, à mon avis.

Un syndicat du crime mondial … —> Objet d’un prochain article: ICI

Traduction ou résumés (par dailycensorship) de phrases d’un article de l’espace:
WOLVES IN SHEEP’S CLOTHING ” (Des loups déguisés en moutons) et d’autres sources ajoutées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *