Partie 3

[2016 mises à jour 2022]

En 1989, à Lincoln dans le Nebraska, un audit a montrée que 40 millions de dollars ont disparus de ‘The Franklin Credit Union’.

Franklin Credit Union fera l’objet d’une enquête qui déterminera que le coupable du vol de la banque était son fondateur, Lawrence King.

Lawrence King

En 1984, Lawrence King était une étoile montante du Parti républicain.

Il a même chanté l’hymne national lors des cérémonies d’ouverture de la convention nationale républicaine.

Il avait la réputation de lancer de grandes fêtes extravagantes pour de grands politiciens au Nebraska et à Washington DC.

Lorsque des agents du FBI ont fait une descente à la banque, ils ont été choqué.

Et, il s’ensuit un rebondissement dans l’affaire.

Ils ont découvert des milliers de photos pornographiques d’enfants avec des adultes.

Cependant, sur les photos ne se trouvaient pas seulement de simples citoyens mais des notables locaux.

certains étaient des chefs et des agents de police, des juges et des ‘chefs d’entreprise’ de la région.

D’autres avaient des postes plus importants, comme des leaders nationaux, des sénateurs, des députés, etc.

Il se trouve qu’en 1988, j’avais lu un livre intitulé Satan’s Underground par Lauren Stratford.  

Elle a raconté avoir été forcé dans son enfance à participer à d’étranges parties sexuelles, sadiquement brutales et à des rituels meurtriers sataniques, dans lesquels une série de personnalités de la communauté étaient présentes.

J’ai été étonné et grandement frappé par le livre, ainsi que par des émissions spéciales de Geraldo Rivera; lequel mettait l’accent sur ​​l’activité répandue de cultes sataniques.

suite aux grands efforts d’un certain Bob Passantino, le livre a été discrédité’ aux yeux de la plupart de la communauté chrétienne.

Même qu’à l’époque, j’ai été influencé par Passantino.

Mais, quelles étaient les chances que deux sources indépendantes exposent des histoires tout à fait improbables et étranges sur des activités sataniques et de pédophilie dans des hauts rangs?

Je ne pensais plus jamais voir ou entendre parler d’un tel scénario si horrible et malfaisant.

Finalement, John DeCamp a sorti son livre intituléThe Franklin Cover-up.

[Pdf – 2ème édition]

Il était sénateur de l’État du Nebraska au moment du scandale Franklin.

Et, il était considéré comme l’un des cinq politiciens les plus puissants et influents de l’État (selon l’Associated Press).

Il était président de la commission bancaire et des finances de sorte qu’il lui incombait de présider toute l’affaire Franklin.

[Pdf – 2 ème édition]

De Camp dira dans son livre:

‘Lorsque ce livre est sorti, pour la première fois, c’était le premier à ouvrir une facette déplorable sur cette affaire.

Et, j’ai certainement été condamné par beaucoup pour l’avoir fait.

En réalité, j’ai été tellement menacé à cause de ce premier livre, que j’ai dû déplacé toute ma famille dans une petite ville de 300 personnes, à Clatonia, dans le Nebraska; où, je me suis senti plus en sécurité et des voisins m’aider à surveiller et à protéger mes enfants.’

DeCamp est très loin d’être une sorte de paranoïaque avec un ‘casque en aluminium’ sur la tête.

Lui et ses associés ont d’abord entrepris de ‘démystifier’ les rumeurs qui sortaient du FBI.

Il ne pouvait pas croire que ces histoires étaient vraies mais il a découvert que la réalité était tout autre.

Une fois que la nouvelle a été rendue publique, 83 enfants se sont présentés pour témoigner davoir été soumis à de l’esclavage sexuel et à des abus rituels sataniques.

(À cette époque, la plupart étaient de jeunes adultes)

Cependant, au moment où les autorités locales ont terminé les quatre premières dépositions, les 79 autres témoins se sont rétractés.

Deux des quatre premiers jeunes sont morts.

Auparavant, deux frères et sœurs des quatre témoins sont également morts et dans des circonstances ‘mystérieuses’.

Les deux autres enfants sont restés fidèles à leurs histoires malgré les menaces de parjure qui pesaient sur eux.

Ils seraient tous deux accusés de parjure pour avoir fait de ‘fausses déclarations’ contre ces éminents citoyens.

À peine sortie de l’adolescence, Alicia Owen a été condamnée à 25 ans de prison.

Elle est finalement sortie en 2001, maintenant toujours sa version initiale.

Paul Bonacci a également été envoyé en prison.

Il a maintenu aussi ses déclarations mal grès tout ces faits.

Et, il a jouer un rôle important dans l’histoire de Jeff Gannon (sera traité plus amplement par la suite).

Ironiquement, Bonacci, bien qu’il a été emprisonné pour parjure (et d’autres faits), il a gagné à un procès un millions de dollars contre Lawrence King pour des accusations de viol et d’enlèvement, etc.

King a été envoyé en prison uniquement pour fraude bancaire.

[Vidéo PAUL BONACCI – une interview enregistrée]

Ce processus corrompu par lequel une telle série grave et flagrante d’injustices on été commises, surtout à la vue de toute la communauté du Nebraska, est une affaire très, très inquiétante et déconcertante.

Bien que, nationalement, l’histoire a été occultée, elle a été documentée dans un livre de poche pour une vente rapide (de DeCamp); et, elle a été présentée dans un grand reportage d’enquête d’une équipe télévisée de Grande-Bretagne.

Pourtant, tous les principaux responsables sont repartis pratiquement sans sanctions.

ET, ils ont envoyé les dénonciateurs ou les victimes les plus ‘obstinés’ (jeunes enfants) en prison pour de longues peines.

Pour le dire en termes simples, en fin de compte, lorsque les autorités SONT les auteurs et que les responsables SONT les autorités, il n’y a pas de justice terrestre ni de recours (à moins que le peuple américain se réveille).

En lisant le livre de DeCamp, je suis tombé sur un passage où le sénateur a décrit les événements de clôture du procès de Alicia (Alisha) Owen.

Voici l’extrait de DeCamp juste avant la condamnation de Alicia.

Assise dans les appartements du juge Enbody … ma tête était si basse qu’elle touchait mes lacets.

Je ne comprends pas, Votre Honneur’, je répétais, sans cesse.

‘Que Dieu m’en soit témoin.

Dans cette affaire, je ne pense pas qu’il y ait un juge ou une autre personne impliquée, qui ne sait pas que cette horrible injustice a été commise.’

Tout le monde sait qu’Alisha Owen dit la vérité; et, qu’elle est punie pour cela.

Votre Honneur, une personne doit être sourde, muette, aveugle et totalement malhonnête pour ne pas savoir que certains des hommes d’affaires et des fonctionnaires, de premier plan de cet État et de cette nation, se sont livrés au pire crimes possibles; qui sont maintenant dissimulés.

Et, ces enfants, au lieu d’être honorés et protégés pour avoir révélé ces faits, sont envoyés en prison.

Pourquoi? [..]

Juge Enbody m’a regardé.

Lentement, la voix tremblante, il se mit à parler.

Je suis juste un homme.

Je ne suis pas un Dieu.

J’aimerais l’être.

Dans ce que je fais, je n’ai pas le choix.

Je suis juste un homme, juste un homme, pas Dieu.

Le juge Enbody a conclu: ‘Je fais ce que je dois faire avec la preuve devant moi.’

Il est apparu encore plus ébranlé et bouleversé que je l’étais.

[Extrait de ‘The Franklin Cover-Up’ la page 391-392]

(Quelques années après le scandale Franklin, il est retourné dans le privé. Il décède le 27 juillet 2017)

[John DeCamp sur cette VO: ‘La dissimulation Franklin: la maltraitance des enfants, le satanisme et les assassinats dans le Nebraska‘ ou ICI]

Bien que le ‘système’ du Nebraska les ont rejetés, des dizaines de ces jeunes (victimes) s’avancèrent pour raconter aux enquêteurs privés leurs histoires d’horreur.

Les enfants ont dit qu’ils ont été kidnappés à Washington DC pour participer à ces activités de pédophilie.

Et, trois ou quatre des jeunes ont facilement identifié Bush Senior comme un participant de ces rassemblements.

Ces faits on été corroborés auparavant.

En 1985, deux jeunes filles ont témoigné au sujet de George Bush Senior.

DeCamps a confirmé ces allégations individuellement.

Webster Tarpley, dans son livre explosif, ‘George Bush: The Unauthorized Biography‘, confirme aussi les déclarations de DeCamp.

[George Bush: la biographie non-autorisée]

Le 29 juin 1989, ‘Prostitution Homosexuelle une enquête piège un responsable de Bush et Reagan’ fait le gros titre du Washington Times.

Le Times a rapporté, ce qui suit [Extraits du chapitre 21 du livre ‘George Bush: la biographie non-autorisée‘].

‘Un réseau de prostitution homosexuelle fait l’objet d’une enquête par les autorités fédérales et du district; et, il compte parmi ses clients des responsables clés des administrations de Reagan et Bush, des officiers militaires, des collaborateurs du Congrès et des hommes d’affaires américains et étrangers ayant des liens étroits avec l’élite politique de Washington.’

L’affaire des ‘call-boys’ tournait autour du rôle de Craig Spence, un grand courtier républicain connu pour ses somptueuses soirées, les ‘cocktails de pouvoir’.

.

Selon un général à la retraite de la Defense Intelligence Agency [(DIA, ‘Agence du renseignement de la défense’) deux des call-boys du réseau seraient des agents du KGB.

Mais les preuves semblaient indiquées une opération de chantage sexuel de la CIA.

Tout le manoir de Spence était recouvert de microphones cachés, de miroirs sans tain et de caméras vidéo, toujours prêts à capturer les indiscrétions des grands, puissants et pervers de Washington.

Les critères politiques d’un comportement sexuel approprié étaient depuis longtemps établis à Washington: ‘n’importe quelle perversité est permise, tant que vous ne vous faites pas prendre.’

Quelques semaines avant que soit soi-disant Spence se suicide, il a laissé entendre [au Washington Times] que les visites ont été organisées par des personnes ‘de haut niveau’, dont Donald Gregg, conseiller à la sécurité nationale du vice-président Bush et plus tard devenu un ambassadeur des États-Unis en Corée du Sud.

Dans le passé, Don Gregg a été lié dans l’affaire Iran-Contra.

.

Alors que l’affaire des call-boys dominait le circuit des potins de cocktails à Washington, un autre scandale, à l’autre bout du pays dans l’État du Nebraska, a atteint le sommet.

Encore une fois, ce scandale a frappé à la porte du président.

Le scandale a pris naissance avec l’effondrement de la Franklin Community Credit Union à Omaha, dirigée par Lawrence E. King.

Les enfants victimes des opérations de King, l’ont accusé d’avoir participé à au moins un meurtre rituel satanique d’un enfant, il y a plusieurs années.

Les machinations financières de King étaient également liées à l’affaire Iran-Contra, et certains disent que King a fourni à la CIA des informations tirées de ses activités présumées en tant que ‘proxénète’ pour les grands et les puissants.

Lawrence King n’était pas étranger au président Bush.

Et, Lawrence King n’était pas étranger à Craig Spence.

[Extraits du chapitre 21]

Mais, Craig Spence était un bon ami de Roy Cohn.’

‘Et, Roy Cohn, avec les meilleurs hommes de la CIA, de l’armée, ainsi que des politiciens et des hommes d’affaires, a une fois organisé sa fête d’anniversaire chez Spence.’

‘Spence a ensuite fait l’objet d’une enquête pour avoir dirigé un réseau de piégeage homosexuel et de pédophilie missionné par la CIA dans sa maison avec des opérations allant directement à la Maison Blanche …’

Dans le but de faire chanter de hauts fonctionnaires, Cohn manipulait des petits garçons.’

C’est l’opération Brownstone et Roy Cohn

‘L’opération de Brownstone’ est un autre nom pour un réseau de sexe et chantage.

Roy Cohn était l’avocat, le conseiller et le mentor de Trump.

[- exposetheenemy.com… / Connexion Trump et la Mafia Pédocriminelle d’Epstein! / Epstein n’est que la dernière incarnation d’une opération beaucoup plus ancienne / Cohn était une figure centrale de lamafia de la lavande / Le mentor et la “figure paternelle” de Donald Trump était Roy Cohn.]

.

Des enfants ont été régulièrement amenée à Washington, DC pour subir des abus.

Plusieurs des enfants prostitués d’Omaha ont témoigné [Extraits du chapitre 21] qu’ils s’étaient rendus à Washington, DC avec King dans des avions privés pour assister à des événements politiques suivis de soirées sexuelles.

Gary Caradori était un enquêteur de la police d’État à la retraite qui a été embauché par le Sénat du Nebraska pour enquêter sur l’affaire; et, qui est mort mystérieusement au cours de ses enquêtes.

En 1985, une jeune fille, Eulice (Lisa) de Washington, était au centre d’une enquête menée par Andrea L. Carener, du Département des services sociaux du Nebraska.

L’enquête est instruite, car Lisa et sa soeur Tracey fuguaient continuellement de leurs parents adoptifs, Jarrett et Barbara Webb.

A l’origine, ils ont été réticents à divulguer des renseignements de peur d’être encore plus punis.

Mais, plus tard, les deux filles ont finalement raconté une histoire remarquable, qui a été soutenue par d’autres enfants placés chez les Webb [citation].

Ces séances de témoignage sont menées par Mme Julie Walters, une autre agente de la protection.

À l’époque, elle travaillait pour Boys Town.

Elle a été appelée en raison de sa référence constante par les enfants Webb et d’autres à cette institution.

Lisa, soutenue par sa sœur, détaille une industrie massive du sexe, d’homosexualité et de la pornographie juvénile, gérés par Larry King dans le Nebraska.

Elle a décrit, comment elle a été régulièrement amenée, à Washington en avion, avec d’autres jeunes pour participer à des fêtes organisées par King; lesquelles impliquées de nombreuses personnalités, dont des hommes d’affaires et des politiciens.

Lisa a spécifiquement nommé George Bush comme présent au moins deux fois.

Une rencontre avec Kathleen [Sorenson] et Lisa pendant environ 2 heures à Blair [Nebraska] s’est déroulée.

Lisa est questionnée pour donner plus de détails sur les abus sexuels.

Sur 50 pages du rapport manuscrit de Julie Walters du 25.03.86, Lisa a admis être utilisée comme une prostituée par [Lawrence] King quand elle était en voyage avec sa famille.

Lisa a dit qu’elle a rencontré le Vice-président George Bush à la convention républicaine (où Lawrence King a chanté l’hymne national); et, elle l’a revue à la partie organisée par [Lawrence] King à Washington DC.

[Extraits du chapitre 21- Du livre George Bush: la biographie non-autorisée].

Voici une entrevue du 07 Décembre avec John DeCamp: ICI

DeCamp a écrit et indiqué dans de nombreuses interviews qu’une douzaine de personnes sont mortes, dans des ‘circonstances mystérieuses’.

Une lutte du pouvoir pour contrôler ce scandale Franklin s’était engagée.

Cela comprenait Gary Caradori (l’enquêteur officiel de l’Assemblée nationale du Nebraska) et son fils de huit ans, lorsque son avion a explosé au-dessus de Aurora, dans l’Illinois.

[Lecture +: L’avion de Caradori “s’est disloqué en vol – (Constat le 06/01/2016 de la censure de la page)]

Quelques années plus tard, William Colby, un ancien directeur de la CIA et un mentor de DeCamp dans l’affaire du scandale de Franklin est décédé mystérieusement.

Certains d’entre vous se souviendront de certaines informations sur cette histoire.

Fait intéressant, le susnommé Chip Tatum a donné quelques éclaircissements sur cette question en particulier.

(Dans son interview à Ted Gunderson).

[Chip Tatum décrit dans: Trafic de drogue, CIA, Pablo Escobar et George H. W. Bush]

Ted Gunderson:

Êtes-vous au courant des détails de sa mort [de William Colby]?

Chip Tatum:

Je sais qu’il est mort dans un accident de canoë-kayak.

Je suis conscient que la maison – la porte de sa maison a été laissée ouverte.

Et, son ordinateur a été consulté.

Vous savez, j’ai volé avec Bill Colby à plusieurs occasions, en – Sous OSG.

Une chose était que Colby était toujours méticuleux concernant l’obligation de porter le gilet de sauvetage à chaque fois que nous étions sur hydravion.

Il était méticuleux à propos du port des gilets de sécurité, presque au point que vous pourriez penser qu’il – vous le savez, qu’il avait une peur de l’eau.

Et, d’après ce que j’ai compris de sa femme, il portait toujours son gilet de sauvetage lorsque il sortait du canoë.

Mais il ne l’avait pas à ce moment là?

Ted Gunderson:

Non, il ne l’avait pas.

Par ailleurs, non seulement l’ordinateur a été saisi mais la porte était ouverte.

Et, il y avait une partie d’un repas sur la table.

Et, quand Colby sortait sur ​​son canot, en bateau, il mettait toujours son drapeau de signalement, son drapeau de signalement de marin.

Le drapeau n’était pas présent.

De plus il était très exigeant à propose de ne pas sortir avec son bateau quand il y a un fort vent et quand c’est agité – dans des eaux agitées.

Et, c’ette nuit-là, il y avait des eaux agitées.

Et je – vous savez, il est un bon ami, ou était un bon ami de John DeCamp.

John DeCamp est un bon ami à moi.

Et, je ne sais pas comment John le ressent; mais, je suis très à l’aise en disant que je pense qu’il a été tué, assassiné.

Chip Tatum:

Je crois, qu’il a été neutralisé.

Ted Gunderson:

Neutralisé.

Vous utilisez le mot “neutralisé”, j’emploie le mot “assassiné”.

Tous les deux veulent dire la même chose, quand il s’agit d’opérations de la CIA.

Vous savez, il était.

Je ne sais pas si je peux tenir cela pour un fait.

Mais je dirais qu’on m’a dit, plus tard – 25 ans, après avoir servi dans la CIA, vous ne pouvez pas écrire un livre sans l’approbation de la CIA; sans qu’ils le révisent et l’éditent.

Et, depuis trois mois lors de cette période, il écrivait un livre.

N’est ce pas Chip?

Chip Tatum:

C’est vrai, d’après ce que je sais …

[Une audio en MP3 du scandale Franklin et la Maison Blanche, en 1989, relatif à l’enquête rapportée par différents médias: ICI – (Constat 13 – 01- 2022, lien devenu caduque).]

Traduction ou résumés de WOLVES IN SHEEP’S CLOTHING

Informations ou références ajoutées

Suite: Bohemian Grove, druidisme et hautes personnalités politiques

Sommaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.