Partie 2

[2013 mises à jour 2022]

Après avoir mis en évidence des fréquentations de George Bush [père – George Herbert Walker Bush] avec le milieu de la drogue, nous découvrons que ses actions dépassent de loin le simple dealer incapable de se sevrer du trafic de drogues.

Bush, Gary Webb et la CIA (Agence Centrale du Renseignement).

G. Webb est un ancien membre du San Jose Mercury News [un quotidien de San José (Californie), une propriété de Media News Group].

Gary Webb

Né le 31 août 1955, Gary Webb est décédé le 10 décembre 2004 à Carmichael, en Californie.

Il était un journaliste d’enquête américain, récipiendaire du Prix Pulitzer; et, il est connu pour avoir dénoncé une implication de la CIA dans le trafic de drogue [….].’

Il est surtout connu pour sa série d’articles nommés ‘Dark Alliance, publiés dans le San Jose Mercury News et, plus tard sous forme de livre.

En 2004, il est retrouvé mort de deux balles dans la tête.

Étonnamment, les rapports officiels ont osé le classer comme un ‘suicide’.

C’était la seule fois que des articles font la une des principaux médias.

Ils relataient la connexion entre la CIA et le trafic de drogues.

Et, Gary Webb a payé le prix ultime.

Avant sa ‘mystérieuse’ mort, il a été expulsé de son travail à San Jose, et il a passé les six dernières années de sa vie dans l’ombre.

Il a rapporté un récit majeur époustouflant, sur le gros marché du cartel de la drogue et toutes les preuves menant à la porte d’entrée de la CIA.

À l’époque, cette agence de Renseignement était dirigée par George H.W. Bush (George Herbert Walker Bush).

Il est possible aussi de consulter des articles de l’ancienne secrétaire adjointe au Logement, Catherine Austin Fitts, concernant le narcotrafic de grande envergure de la CIA.

Robert Bonner (ancien chef de la DEA)

‘Parmi les responsables, les plus éminents à porter des accusations de trafic de drogue de la CIA, figurent l’ancien chef de la Drug Enforcement Administration [DEA] des États-Unis, Robert Bonner.’

‘Lors d’une interview avec CBS , Bonner a accusé l’équipe de ‘renseignements’ américaine d’importer illégalement une tonne de cocaïne aux États-Unis, en collaboration avec le gouvernement vénézuélien.’

[- La CIA ‘gère’ le trafic de drogue, selon un responsable mexicain – 28 Juillet 2012]

Robert Bonner a accordé une interview de 60 Minutes à CBS news (vidéo devenue introuvable).

[Transcriptions de 60 MINUTES 21 novembre 1993), extrait, LA CIA DERRIÈRE L’EXPÉDITION D’UNE TONNE DE COCAÏNE AUX ÉTATS-UNIS DU VENEZUELA.]

(Voici un petit extrait: ‘La CIA sont des trafiquants de drogue.’ Le chef de la DEA a dit cela trop tard pour Gary Webb.)

Un autre article du New York Times explique quel’unité anti-drogue de la CIA a envoyé une tonne de cocaïne aux États-Unis, en 1990.

Remarquez comment le New York Times, de manière malhonnête, a seulement couvert cette histoire comme une simple pièce de puzzle isolée.

De cette façon, ils occultent la ‘vue d’ensemble’ de l’affaire sur le trafic de drogue à grande échelle par les agences gouvernementales américaines à l’ensemble de la population.

Et, ‘schizo-frénétiquement, ils apaisent leur propre conscience en se disant qu’ils ont ‘dûment signalé’ les faits.

Et, bien sûr, l’émission 60 Minutes fait exactement pareil avec sa ponctualité sur cette activité criminelle étonnamment monstrueuse.

CHIP TATUM

Certain nombre de petits acteurs relative à cette histoire autour de la CIA ont corroborés des faits, dont le témoignage de Chip Tatum.

Tatum est un personnage original qui a travaillé sur divers postes pour le gouvernement américain.

Dans l’une de ses fonctions, il a piloté un avion pour acheminer des drogues du Nicaragua à Mena, en Arkansas et pour d’autres bases militaires américaines.

Quand il a réalisé à quoi il servait, il a commencé à recueillir des enregistrements de conversations lors des vols par l’interphone de l’avion.

Et, il a tenu un journal détaillé de toutes ces évènements.

Voici quelques extraits d’une interview menée par un ancien haut officier du FBI Ted Gunderson (devenu un détective privé).

Gunderson: Comment avait-il [Oliver North] participé à l’affaire de l’Iran-Contra, concernant l’argent et sonorganisation? 

Tatum: Eh bien, North est la personne qui en fait. Vous le savez.

Vous entendrez beaucoup parler des camps de North au Honduras pour les Contras.

Les camps de North ont été nommés les “camps North” , non parce qu’ils étaient [..] dans le nord du pays, mais parce que Oliver North les a mis en place.

North était en charge de la mise en place de ces camps.

Enrique Bermudez était en charge de la protection de ces camps. Et Ramon Novarro était en charge des opérations de cocaïne dans ces camps.

C’était – Vous le savez, les Trois Mousquetaires là-bas.

Ils ont produit de chaque camp (dont cinq d’entre eux étaient destinés à la production de cocaïne) environ 500 kilos par semaine. 

Ce n’était pas une grande opération. Mais c’était assez grand pour que la pâte qui leur était envoyée par les contacts de Ramon Novarro du cartel de Medellin ne fournisse pas la pâte assez rapidement.

Donc, ils volaient en fait des balles de feuilles depuis le Pérou.

Gunderson: Donc, Ollie North a mis en place ces cinq camps, 500 kilos par semaine. Combien d’années ont-ils été en service ?

Tatum: Ils étaient en service quand je suis arrivé là-bas; et, ils étaient aussi en train de mettre en oeuvre de nouveaux camps.

Le 159ème bataillon d’aviation de Fort Campbell, dans le Kentucky.

Des Super Chinooks volaient dans les réservoirs de carburant et des équipements, jetant, laissant tomber des citernes d’acétone et du carburant (d’avion) dans la zone

Gunderson: Eh bien, où était physiquement situé North à cette époque, à Washington DC ou là-bas, à la centrale en Amérique du Sud? 

Tatum: Il était à Washington DC, mais il a fait plusieurs voyages en Amérique du Sud.

De même que le vice-président Bush, qui n’avait pas été médiatisé à l’époque.

M. Bush était là le 12 Avril, mais personne ne l’a su.

Gunderson: Là-bas dans ces camps? 

Tatum: C’est exact.

Gunderson: Le 12 Avril de quelle année?

Tatum: 1985.

Gunderson: Et, il était alors vice-président, n’est-ce pas?

Tatum: C’est exact.

.

Gunderson: Et ainsi, comment faisait-il circuler l’argent ​​- l’organisation et la structuration des drogues, l’argent, et etc.?

Avez-vous une idée là-dessus?

Tatum: J’étais un pilote là-bas. Je ne sais pas comment l’argent s’écoulait.

Je sais que beaucoup de ces drogues ont été envoyées à la base d’aviation d’Ilapongo au Salvador, soit au Panama.

J’ai eu l’occasion d’amener plusieurs membres à El Ocatal (sp?) pour une réunion de ce cartel – Je l’appelle le Cartel olympiqueen raison du nombres d’activité qu’ils faisaient.

J‘ai emmenés par avion à cette réunion à El Ocatal, plusieurs membresvoici les personnes présentent:

Le général Noriega, Mike Harari, qui était un ancien agent du Mossad affecté au général Noriega, Felix Rodriguez, Joe Fernandez, qui était le chef de la CIA posté au Costa Rica, le général Gustavo Alvarez , qui était aux Etats-Unis – ou était un officier de l’armée hondurienne et un gars du nom de William Barr, qui a représenté les actifs de cette entreprise.

Gunderson: Maintenant, attendez un instant. William Barr autrefois procureur général des États-Unis.

Tatum: Il l’est devenu plus tard, au service de son patron George Bush, le procureur général des États-Unis, c’est exact. 

Gunderson: C’est exact. Il a remplacé Thornburgh, n’est-ce pas? 

Tatum: Oui, je le crois. 

Gunderson: Eh bien, n’est-ce pas intéressant? …

Nous avons donc le vice-président Bush, nous avons Oliver North, nous avons William Barr impliqués dans les opérations de drogue.

C’est aussi simple que cela, n’est-ce pas?

Tatum: Nous avons Ami Nir, le Mossad, Mike Harari, le Mossad. 

Procureur général William Barr.

Chip Tatum à écrit un livre intitulé Les Chroniques de Tatum (en ligne), où il décrit certains des événements, dans lesquels il a joué un rôle.

(Voici quelques extraits)

J’étais un pilote d’opérations spéciales à Fort Campbell, dans le Kentucky.

En 1983 et 1984, nous avions pour habitude de recevoir des demandes provenant d’une unité d’évacuation sanitaire à Fort Campbell, pour livrer des glacières blanches marquées comme fournitures médicales à la base de la Force aérienne de Little Rock et, à deux reprises, à un aéroport à l’ouest de Little Rock, à Mena, en Arkansas. 

À une occasion, à l’automne de 1983, j’ai été chargé de fournir ces deux glacières à l’aéroport de Little Rock.

Nous sommes arrivés tard dans la nuit, vers 22 heures 30.

Le Docteur Lasater était le premier à sortir de la limousine … .

Je l’ai reconnu à partir d’un vol précédent.

Il était accompagné de deux autres, […] la lourde glacière a été mise dans la limousine et la légère glacière a été chargée dans le camion.

Le Dr Lasater m’a présenté à ces deux messieurs.

Tout d’abord, on m’a présenté le gouverneur de l’Arkansas, William J., Clinton, puis son chef de la sécurité, Raymond ‘BuddyYoung.

Raymond ‘Buddy’ Young (photo avec Hillary Clinton)

De retour à Fort Campbell, le vendredi, j’ai appelé le directeur Colby et je lui ai parlé de la livraison et de ma découverte.

Je lui ai dit que, lorsque j’ai ouvert la glacière, qui a finalement été prise par le gouverneur Clinton, elle contenait plusieurs kilos d’une substance poudreuse d’une couleur blanc cassée et beaucoup d’argent.

Ce qui suit est un extrait d’une autre occasion.

M. [Oliver] North a déclaré ce qui suit pour les autres passagers, [en référence à leurs opérations de trafic de drogues].

‘Une année de plus comme celle-là et nous allons tous à la retraite.’

Il a ensuite fait une remarque au sujet de Barry Seal et du gouverneur Clinton.

‘Si nous pouvons garder ces péquenauds de l’Arkansas en ligne, c’est-à-dire‘, en référence à la perte d’argent établie comme la priorité de la semaine lors de leur réunion au Costa Rica.

Je suis demeuré silencieux … en écoutant la conversation.

Le Général Alvarez était parti avec le leader Contra pour discuter de la logistique.

Les trois autres – North, Rodriguez, et Ami Nir – ont continué dans le bâtiment en bois, à inspecter la cocaïne.

North a continué, ‘.. mais il (le vice-président Bush) était très préoccupé par ces fonds manquants.

Je pense qu’il va y avoir Jeb (Bush) qui va organiser quelque chose hors de la Colombie’, a-t-il dit à ses camarades, et sans se préoccuper de ma présence.

Ce que Mr. North faisait allusion a fini par être l’assassinat de Barry Seal par les membres du Cartel de Medellin, au début de 1986.

L’assassinat de Barry Seal (19 Février 1986)

À quel point tout cela est éloigné, très éloigné de la perception qu’a le public à de ces personnes.

Par exemple, Oliver North est perçu comme un ‘chouchou’ du monde évangélique conservateur. Et, il est invité fréquement et il est un conférencier lors de grandes réceptions chrétiennes.

Et, Jeb Bush et son père (George H. W. Bush), est vu comme des ‘fonctionnaires’ affables, doux, charmants et des gentlemen chrétiens.

La carrière de Gary Webb a été détruite rapidement après la publication de ‘The Dark Alliance’.

Quelque temps après avoir été viré de son journal, Gary Webb a rapporté cette révélation surprenante, en donnant des cours à un rassemblement public à Eugene, en Oregon.

Je vais vous dire autre chose, l’une des choses les plus étonnantes que j’ai trouvé dans les Archives nationales est un rapport qui a été écrit par le bureau du procureur américain à Tampa.

Je crois que c’était en 1987.

Ils venaient d’arrêter un trafiquant de drogue colombien nommé Allen Rudd.

Et, ils l’ont utilisé à titre d’un délateur coopératif.

Rudd a accepté d’aller sous couverture et d’installer d’autres trafiquants de drogue et leur faisaient des comptes.

.

Maintenant, permettez-moi de vous mettre dans le contexte.

Lorsque vous êtes débriefé par le gouvernement fédéral pour être utilisé comme informateur, vous ne vous embraquez pas de dans et vous ne leur raconterez pas des histoires folles, car ils ne vont pas vous croire, ils vous flanqueront dans une prison, non?

Rudd leur a dit, qu’il était impliqué dans une rencontre avec Pablo Escobar, qui était alors le chef du cartel de Medellín.

Ils étaient en train de travailler sur ​​des arrangements pour mettre en place des expéditions de cocaïne vers le sud de la Floride.

Il disait que Escobar commençait à délirer sur ce maudit George Bush; et, que maintenant, il a obtenu une force tactique de lutte contre la drogue, dans le sud de la Floride, qui a rendu les choses très difficile et l’homme est un traître.

ll avait l’habitude de traiter avec nous, mais maintenant il veut être président et il pense qu’il peut nous doubler.

.

Et Rudd a dit, eh bien, de quoi parlez-vous?

Et Escobar a dit, nous avons un accord avec ce gars, que nous allions expédier des armes aux Contras.

Ils étaient en train de passer des armes par avion vers la Colombie, nous déchargions les armes, nous les obtenions pour les Contras.

Et l’accord était que nous étions censés pouvoir faire des affaires [cocaïne] aux États-Unis sans aucun problème.

C’est le marché que nous avons passé; et maintenant, il nous a trahis.

.

Donc, quand le procureur américain entendit cela, il a écrit cette note en panique à Washington, en disant vous savez cet homme a été très fiable jusqu’à présent.

Tout ce qu’il a dit nous l’avons vérifié, et maintenant il dit que le vice-président des États-Unis est impliqué avec des trafiquants de drogue.

Nous pourrions vérifier cela; et remonter jusqu’au sommet.

La chose qui est drôle au sujet des documents du gouvernement c’est qu’à chaque fois qu’ils passent sur le bureau de quelqu’un, ils doivent apposer leur initial.

Et, cette affaire a été comme une échelle, elle est montée jusqu’au bout et elle a abouti devant le chef de la division criminelle du ministère de la Justice.

Il l’a regardé et il a dit, cela ressemble à un travail pour Lawrence Walsh!

Et, donc, il les [les documents]a envoyé à Walsh, le procureur de l’Iran-contra; il a dit, voici, vous le prenez, vous vous en occupez.

Et, le bureau de Walsh — J’ai interviewé Walsh; et, il a dit, nous n’avions pas l’autorité pour nous en occuper.

Nous regardions Ollie North.

Alors j’ai dit, est-ce que quelqu’un a enquêté là-dessus?

Et la réponse a été ‘non’.

Et cette chose est restée aux Archives nationales pendant dix ans, personne ne l’a jamais regardée.

[L’intégralité de la conférence.]

Et, Bill Clinton était aussi de la partie.

Soit dit en passant, si vous souhaitez en savoir plus sur l’implication de Clinton dans le trafic de drogue, recherchez simplement en ligne les mots ‘Clinton’ , ‘Mena’ et ‘drugs’ .

Si vous vous êtes déjà demandé pourquoi Bush père et Clinton semblent s’entendre comme de vieux copains, vous ne vous poserez plus la question, après la lecture de tous leurs opérations communes sur les opérations de drogues de la CIA.

Ron Paul a même fait des commentaires au Congrès, concernant le vice-président Bush, Oliver North et le trafic de drogues de la CIA.

Et, voici le témoignage d’un policier des narcotiques de Los Angeles (Michael Ruppert).

Il a offert le premier aperçu d’un rapport relatif à l’implication de la livraison de drogues illicites par la CIA dans la région de Los Angeles et dans tout le pays.

Vidéo – Une présentation plus complète: Mike Ruppert – CIA and Drug Running (1997)

Pour s’informer plus sur ces affaires susmentionnées et d’autres.

  • 27 ans plus tard, un pilote de la CIA raconte avoir utilisé la piste d’atterrissage du Costa Rica pour du trafic d’armes à feu et de cocaïne [sur Ti Co Times – 2013]

Traduction ou résumés un extrait de WOLVES IN SHEEP’S CLOTHING

Informations ou références ajoutées

Suite: La dissimulation de l’affaire Franklin, la connexion Bohemian Grove et le satanisme

Sommaire

Mises à jour

Armes à feu, drogues, CIA à Mena, Arkansas : la surveillance judiciaire exige des réponses [Judicial Watch, le 22 juillet 2019]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.