Bin Laden: Martyr or Villain?

par David Livingstone

Son nouveau site Ordo Ab Chao

Sans remettre en cause les innombrables preuves, indiquant que Ben Laden était au service de la CIA, le point crucial est que le but de son utilisation était une tentative pour radicaliser une partie du monde islamique; laquelle serait assez suffisante pour fomenter un ‘choc des civilisations’.

Un but n’était pas de faire une guerre contre le terrorisme, mais plus exactement une guerre contre l’islam.

Quoi qu’on dise sur l’implication de Ben Laden dans cette affaire, la réalité est que la stratégie a échoué.

Et, la raison en est la suivante.

Une grande partie du monde musulman partage les griefs de Ben Laden, concernant:

  • les pratiques néocoloniales maintenant des dirigeants fantoches despotiques au Moyen-Orient pour les piller
  • et cet inconditionnel soutien de la barbarie israélienne par l’Amérique, laquelle agit souvent par procuration pour les intérêts d’Israël.

Les pouvoirs en place pensaient pouvoir exploiter ces sentiments à leur avantage, en utilisant Ben Laden comme un joueur de flûte pour une réaction violente contre les ‘croisés’; laquelle s’utiliserait pour intensifier la confrontation avec le monde islamique.

Le problème de leur stratégie est que, si l’islam dérive de la même tradition judéo-chrétienne des pays occidentaux, l’islam a néanmoins ses propres caractéristiques.

Notamment, elles sont illustrées par une tradition juridique d’une richesse extraordinaire; laquelle prévoit des règles très strictes pour prononcer des jugements au nom de l’Islam.

Ils sont nommés les Fatwas.

Dans l’ensemble, cette tradition est ce qu’on appelle la ‘chariah’.

Mais la vraie tradition n’est pas la même que celle vilipendée dans les médias occidentaux; laquelle est celui du wahhabisme. Et, c’est bien le problème.

Si, simplement, des musulmans avaient retourné à leurs sources juridiques traditionnelles, ils se seraient aperçus que les tactiques manifestes de Ben Laden violaient les principes les plus sacrés de l’islam.

Et, ils auraient plutôt trouvé une approche plus lucide pour faire face aux problèmes actuels qui assaillent le monde musulman.

Mais encore une fois, c’est le but.

Au cours des derniers siècles, l’Occident, principalement la Grande-Bretagne et les États-Unis, a déployé des efforts concertés pour éloigner les musulmans de leur véritable tradition juridique.

Et c’est justement pour servir ce but.

Cela a commencé au 18e siècle, avec la création de la secte fanatique wahhabite d’Arabie saoudite; dont sa base même rejetait l’approche traditionnelle de la charia.

Puis, au tournant du 20e siècle avec la prolifération du rite écossais de la franc-maçonnerie en Égypte, un agent nommé Jamal ud Din al Afghani a créé le mouvement de ‘réforme’ salafiste.

Du salafisme sont nés les Frères musulmans, qui sont depuis au service de la CIA.

Depuis, le wahhabisme et le salafisme sont devenus indiscernables.

Et, l’Arabie saoudite organise principalement le financement des stratégies secrètes de la CIA, qui impliquent les Frères musulmans.

La plus récente étant la guerre en Afghanistan.

Ainsi bien qu’au début, des musulmans ont pu sympathisé avec la lutte de Ben Laden, la critique mondiale croissante de cette méthode a aussi forcé les musulmans à la réévaluer.

Le ‘djihad’ était déjà un sujet instable dans l’islam, mais une évaluation honnête était maintenant nécessaire.

Les réponses ont été éclairantes et ils a également exposé le danger évident auquel fait face le monde islamique.

Ce coup monté avait pour but d’éloigner les musulmans de leur véritable héritage.

De plus, d’après la loi islamique les femmes, les enfants et les personnes âgées ne peuvent pas être blessés.

Et, les structures religieuses comme les églises, les synagogues, ainsi que l’environnement naturel et même les arbres doivent être préservés.

Alors que réellement, l’Islam prescrit l’autodéfense uniquement contre un agresseur armé, les propagandistes du terrorisme ont tenté de donner de piètres justifications.

Si un ennemi se détourne de la bataille, il ne peut pas être poursuivi.

Il n’y a donc aucune justification juridique pour le meurtre de civils innocents.

Cet acte serait plutôt contraire aux principes de l’Islam; et, d’autant plus, il serait mal pris.

Par ailleurs, traditionnellement, l’utilisation de bombes, ou leur équivalent, était découragée car leurs dégâts étaient jugés trop aveugles.

En effet, la légitimité des tactiques de Ben Laden dans l’Islam est une question juridique pure et simple. Et, elle est clair.

Par conséquent, depuis le 11 septembre, les sondages ont montré que le soutien à Al-Qaïda, aux attentats-suicides et autres actes de terreur, parmi les musulmans a chuté de façon drastique.

Néanmoins, la monté de Ben Laden a forcé les musulmans à prendre conscience que leurs griefs sont légitimes; et, que finalement, il existe des moyens plus constructifs et plus humains de poursuivre leur résolution, plutôt que de recourir à des actes de cruauté barbares, qui ne servent que les intérêts de leurs ennemis.

Bin Laden: Martyr or Villain?

par David Livingstone

Son nouveau site Ordo Ab Chao


Autres lectures

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.