[2013 mises à jour 2022]

Obama et George Herbert Walker Bush
[Deux éléments qui ont des liens étroits avec la Pilgrims Society?]

Regardons cette anecdote concernant Bush.

Ce qui suit est un fait vérifiable et documenté concernant un membre de la famille Bush, dont vous n’avez sûrement jamais entendu parlé.

Le PTB (“The Powers That Be” – Le Pouvoir en place) et les médias qu’ils contrôlent dissimulent ou censurent les informations importantes qu’ils estiment que vous ne devriez pas entendre

Partie 1

LAURA BUSH

Laura Bush, l’épouse de l’actuel président (George W. Bush) a tué son petit ami au lycée et il n’y a eu aucune retombée.

Elle a grillé un stop et elle a écrasé son véhicule.

De toute évidence, il s’agissait simplement d’un accident.

Mais 99,99% d’entre nous n’ont jamais entendu parler de cette information, parce qu’elle se trouve hors des principaux gros médias.

Par ailleurs, qu’est-il arrivé en l’espèce au ‘parti pris libéral’ tant annoncé par les médias?

Pourquoi n’ont-ils pas fait grand cas de cette information, ainsi qu’une foule d’autres problèmes encore plus piquants (comme vous le verrez)?

Il est vrai, bien sûr, que près de 85% du personnel des médias sont libéraux dans leur orientation personnelle.

Mais un membre des médias, c’est d’abord un employé d’une société.

Bien que ce ne soit qu’une explication partielle de la quasi-‘dissimulation’ des médias concernant Laura Bush, cette affaire pourrait avoir plus de sens en lisant plus à leur sujet.

Voici une autre anecdote

BUSH: L’HISTOIRE D’HORREUR DARLENE NOVINGER

Au milieu des années 80, Darlene Novinger, une agent du FBI est chargée d’infiltrer le cartel de Medellín qui est dirigé par l’infâme Pablo Escobar.

Darlene Novinger

‘Novinger est recrutée par le FBI en 1979 pour travailler comme agent secret.

Et, en 1982, elle est assignée à Atlanta par the Federal Strike Force.

Elle a travaillé sur l’opération Nimbus, en enquêtant sur le trafic de drogue à grande échelle sur la côte Est.’

Elle a eu un certain succès dans la mesure où elle a établi un lien étroit avec Steve Plata, un cousin d’Escobar.

Mais les choses ont pris une tournure étrange.

Voici le reste de l’histoire sur le site Rigorous Intuition.

Novinger a revendiqué que l’opération mettait en cause le vice-président Bush et son fils Jeb.

Après avoir soumis son rapport, les ordres étaient de mettre fin à l’enquête et de détruire tous les documents.

Elle a dit que quelqu’un au bureau du FBI de Miami a divulgué aux trafiquants sa mission d’infiltration dans l’opération.

En Septembre 1983, avant que l’opération Nimbus soit arrêtée, un vétéran et un enquêteur américain des douanes, Joe Price, a déposé des rapports, qui corroboraient l’implication de Bush.

Mais, par la suite, des agents du FBI l’ont arrêté en l’accusant de trafic de stupéfiants.

L’enquête a révélé une opération de stupéfiants d’une puissante famille libanaise [Leur nom est Smatt, dirigée par William Smatt] vivant à Miami et en Jamaïque, qui était également liée à la Phalange fasciste libanaise [calquée sur les organisations fascistes].

[La Phalange serait étroitement liée dans ses fondations et des opérations à Israël et la CIA.]

Rodney Stich en dit plus, dans son livreDefrauding America.

‘Darlene Novinger m’a dit, qu’elle a découvert lors d’une enquête du FBI, que George Bush et deux de ses fils ont usés de drogues et de prostituées dans un hôtel de la Floride alors que Bush était vice-président.

Elle dit, que lorsqu’elle a rapporté ses découvertes à ses superviseurs du FBI, ils l’ont mis en garde de ne pas révéler ce qu’elle a trouvé.

Novinger était chargée d’infiltrer des opérations de trafic de drogue en Amérique du Sud et aux États-Unis.

Elle a été contrainte de quitter son poste au FBI, son mari a été battu à mort.

Et, seulement quatre heures après (Juillet 1993) son apparition dans une émission de télévision, pour expliquer ses conclusions (après avoir été avertie de ne pas apparaître), son père est mort mystérieusement.

Un canari blanc mort a été laissé sur la tombe de son père pour lui donner un avertissement.

Après avoir reçu des menaces de mort, elle entra dans la clandestinité, d’où elle est apparue à l’occasion sur des talk-shows; et, elle m’a appelé à partir de lieux tenus secrets.

[Extrait de Defrauding America]

Un rapport sur un vice-président et un père, lequel avec deux de ses fils prennent de la drogue et se payent des prostituées?

Qu’est-ce que c’est?

Cela fait dresser les cheveux sur la tête.

Pourtant, au cours de sa carrière, l’image publique de Bush Senior est celle d’un type bienveillant et d’un grand-père, qui a dû repousser une réputation de ‘mauviette’ (rappelez-vous ces sketchs de Dana Carvey sur Saturday Night Live?).

[- George Bush: la biographie non autorisée]

LA SURPRISE D’OCTOBRE

Voici un autre rapport inquiétant sur Bush senior, concernant son implication dans un acte qu’il a effectué lors sa campagne à la présidence en 1980 (Reagan / Bush). 

Bush a voyagé discrètement en avion pour Paris (le retour étant réalisée dans une Mach3 SR-71).

Sur les lieux, il a négocié avec des responsables Iraniens [réunions illicites] pour que les otages américains soient détenus pour encore trois mois; et, que par conséquent ils soient relâchés APRÈS les élections.

Cette décision impitoyable visait à empêcher toute soutien même tardive au président Carter s’il réussissait à obtenir la libération des otages.

Évidement, c’est ce qui s’est produit lorsque Bush est intervenu.

‘L’échec de Carter à obtenir la libération des otages américains, avant le jour des élections de 1980, a été un facteur clé dans la victoire écrasante de Reagan.

Ce qui a transporté Bush à la vice-président (et, a ouvert la voie à son ascension à la Maison Blanche en 1989).

L’Iran a libéré les otages après que Bush et Reagan ont prêté serment le 20 janvier 1981.’

[- Le dossier “October Surprise” de Bush en litige]

La conseillère du président Reagan, Barbara Honegger, a démissionné pour protester contre cet incident.

Barbara Honegger

Elle a écrit un livre sur le sujet intitulé ‘Surprise d’Octobre’

Actuellement, elle joue un rôle important dans la découverte des ententes illicites concernant des éléments criminels au sein du gouvernement américain, y compris sur les faits entourant le 11 septembre 2001.

Après avoir découvert à quoi il a servi, Gunther Russbacher, le véritable pilote du SR-71, a tenté de s’exprimer.

Mais, Russbacher a fini par passer plusieurs années en prison.

Gunther Russbacher

(Ces faits peuvent être facilement recherchés sur le net, si le lecteur le souhaite.)

Sarah McClendon, la principale correspondante de la Maison Blanche, a témoigné et documenté l’histoire de Russbacher.

Et, si vous lisez un peu, en retraçant la vie de cet homme, vous constaterez qu’il n’est qu’un des mille points d’entrée dans un très étrange monde souterrain.

Un monde qui est relié à de l’occultisme, à des rangs élevés de la CIA et à des coups montés du gouvernement américain.

Avez-vous déjà entendu parler de Barry Seal?

Dans les années 80, il était l’un des principaux acteurs dans l’affaire de la drogue colombienne et nicaraguayenne.

Barry Seal

En 1986, il a été assassiné.

Il a été abattu dans les rues de Baton Rouge, en Louisiane.

Par la suite, lors de la fouille de son véhicule, les autorités découvre qu’il était en possession du numéro de téléphone privé du vice-président, Bush.

Cette histoire a même été rapportée brièvement dans les principaux gros médias.

Mais il n’y eu, bien sûr, aucune suite.

L’assassinat de Barry Seal (19 Février 1986)

Cependant, il y a cette autre anecdote sur Barry Seal et George Bush.

Lewis Unglesby est aujourd’hui l’un des avocats les plus puissants et bien connu en Louisiane.

Mais en 1986, il n’était qu’un simple avocat de 36 ans qui a représenté Barry Seal.

Unglesby a admis avoir manoeuvrer pour tenter d’en savoir plus sur ce qu’a fait Seal.

‘J’étais assis en face de lui une fois’, se souvient Unglesby, en parlant de sa rencontre avec Seal.

Et, il lui dit:

‘Je ne peux pas vous représenter efficacement si je ne sais pas ce qui se passe.’

Barry a souri, et m’a donné un numéro et m’a dit d’appeler, et de m’identifier comme étant lui (Seal).

J’ai composé le numéro, un peu dubitatif, et une agréable voix de femme répondit:

Bureau du vice-président.’

‘C’est Barry Seal’, dit Unglesby au téléphone.

‘Juste un instant, monsieur’, répondit la secrétaire.

Puis la voix d’un homme est arrivée sur la ligne, se présentant comme étant l’amiral.

Et, il me dit, ‘Barry, où étais-tu?

Unglesby répondu:

‘Excusez-moi, Monsieur, mais mon nom est Lewis Unglesby et je suis l’avocat de Barry Seal.’

Unglesby raconte qu’il y eut un déclic. 

La ligne a été coupée.

‘Seal a simplement souri quand je l’ai regardé.

J’étais sous le choc, puis j’ai continué mon entretien avec un besoin d’en savoir plus.’

À ce stade de mes recherches, je devenais assez ouvert à toute explication possible.

Suite: CIA trafic de drogue et relation avec George WH Bush

Traduction ou résumés d’un extrait de WOLVES IN SHEEP’S CLOTHING

Informations ou références ajoutées dans l’article

Sommaire


Autres liens

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.