Les explications officielles sur l’effondrement des deux tours du World Trade Center [WTC] de 110 étages étaient dues aux incendies.

Partie 7

Cependant, clarifiant quelques notions scientifiques de base concernant le feu et l’acier.

Tout d’abord, l’acier ne fond qu’à des températures extrêmement élevées presque 3000 °F (Fahrenheit) [1648.9°C], voire un minimum de 2750 °F [1510°C].

Mais, tout incendie à ciel ouvert à base d’hydrocarbure, la plus haute température qu’elle peut atteindre (c.a.d tout incendie d’immeuble) est de 1517 °F [825°C].

(Pourtant quelques chiffres de contes de fées médiatiques circulent, du type d’un incendie de 2000 °F ou de 3000°F, etc.).

Même les 1517 °F [825°C] ne pourraient expliquer toute cette défaillance structurelle du bâtiment!

Par exemple, il est possible, seulement pour des fins de forage que l’acier soit chauffé à environ 2200 °F [1204.4°C] pour être suffisamment ‘affaibli’.

C’est une température qui ne peut pas être atteinte lors d’un incendie d’une structure.

De plus, la sécurité de l’acier de construction à laquelle elles sont testées sont loin d’atteindre les températures de 1517 °F [825°C].

La norme ‘ASTME 119′(1) incluant les tests de l’acier dépasse la limite maximum des incendies des bâtiments; lesquelles sont les plus chaudes jamais enregistrées.

Cette norme exige que l’acier soit exposé à des températures de 2000F [1093.3°C] pendant plusieurs heures.

L’acier du WTC était certifié selon cette norme.

[(1) Système ASTME Aux États-Unis, les produits commercialisés sont testés et classés selon les normes ASTM (American Society for Testing and Materials – Tests au feu de structures et de matériaux de construction).

Les éléments de séparation résistants au feu, tels que les murs et les structures de sol, sont testés et évalués  selon la norme ASTME 119.

Les tests sont menés à grande échelle.

Les échantillons testés sont soumis à une chaleur équivalente à celle d’un incendie dans sa phase de développement maximal.

(Sécurité incendie – Exemple: Le revêtement résistant au feu doit être testé conformément à la norme ASTM E119′ (revêtements de maintenance architecturale et industrielle)]

Une grave ignorance ou une désinformation flagrante?

En Amérique d’étonnantes idées fausses ont été autorisées à se frayer un chemin concernant les incendies du World Trade Center.

(Grâce aux principaux médias si serviles)

Rapidement après le 11 septembre, des ‘spécialistes’ ont avancé l’idée que l’acier des bâtiments a littéralement ‘fondu’ , et qu’il a provoqué l’effondrement des bâtiments.

Il y a eu divers commentaires: celui de la BBC (Chris Wise et autres), du magazine Scientific American (Eduardo Kausel), une vidéo extrêmement médiatisée de NOVA de Matthys Levy, ‘l’expert’ Henry Koffman de l’USC, om Mackin de l’Université de l’Illinois, le ‘New Scientist’ et, ainsi de suite.

Par la suite, les institutions médiatiques et académiques ont abandonnées cette idée comme une patate chaude.

Et, il est apparu l’hypothèse que les feux ont affaibli l’acier dans les bâtiments et que c’était suffisant pour provoquer la défaillance structurale.

Cette version a été crue par de nombreux Américains.

Alors, qu’en est-il de cette idée ‘d’acier affaibli’?

Prenons des faits plus simples.

Les INCENDIES AU WORLD TRADE CENTER étaient anémiques

Les températures atmosphériques des incendies au World Trade Center ne se sont jamais approchées du maximum de 1517 °F [825°C].

Les incendies de cette ampleur ne peuvent se produire que dans des conditions idéales; autrement dit, des conditions qui n’existaient pas le 11 Septembre 2001.

Il doit y avoir d’intenses brasiers prolongés pour atteindre ce niveau de température.

Par exemple, sur cette photo ci-dessous, c’est le feu d’un immeuble de bureaux à Madrid, où la température de 1470 °F [798.89°C] a été effectivement mesurée.

L’immeuble Windsor – à Madrid en Espagne le 12 février 2005

L’incendie de Windsor ressemblait à un brasier.

Ces flammes ont duré une vingtaine d’heures.

Or, les incendies au World Trade Center étaient loin de ressembler à ceux du Wondsor.

L’indicateur le plus évident, c’est que les feux du World Trade Center ont produit des grosses quantités de fumée noire.

La photo (ci-dessus) montre les deux tours crachant de la fumée noire.

Ces grosses fumées noires sont une preuve certaine d’un manque d’oxygène et d’une température qui s’est considérablement réduite.

Au moins dans ce cas, les observateurs spécialisés ont déclaré que la fumée noire était la preuve d’un manque d’oxygène très prononcée.

Et, par conséquent, cette fumée indiquait des températures bien en dessous du maximum de 1517°F [825°C].

Même le NIST (National Institute of Standards and Technology) a reconnu que ‘la fumée noire [est] caractéristique de la combustion dans des conditions dépourvues d’oxygène.’

Immeuble Windsor après l’incendie à Madrid

LA TEMPÉRATURE DU FEU VS. LA TEMPÉRATURE DE L’ACIER DANS CETTE INCENDIE DEUX CATÉGORIES COMPLÈTEMENT DIFFÉRENTES !

A ce stade, le cas de la démolition contrôlée devient encore plus probable.

En effet, les températures atmosphériques du World Trade Center étaient bien en dessous du maximum (de 1517 °F – 825°C); et, donc sans doute, elle ont atteint pas plus de 1100°F (593.33°C).

De plus, la température de l’incendie (c’est-à-dire la température ‘atmosphérique’) est complètement séparée et distincte de la température de l’acier dans ce feu.

Par exemple, si les températures du feu (c’est-à-dire les températures atmosphériques) atteignent 1100F (593.33°C) et que la structure est sous cette incendie pendant une demie heure, la température de l’acier n’atteindra probablement pas plus de la moitié des températures atmosphériques, soit environ 500°F [260°C] environ.

Et, surtout dans une telle période de temps aussi courte.

De ce fait, même si ce ‘maximum’ (de 1517 °F – 825°C) se réfère uniquement à la température atmosphérique, la température de l’acier lui-même serait beaucoup plus faible que les températures atmosphériques, en particulier dans un feu de courte durée (comme au World Trade Center).

Pourquoi cela?

Parce que l’acier a une capacité considérable au niveau de la conductivité thermique.

La chaleur se déplace à travers l’acier, se propageant lentement et s’affaiblit pendant le processus.

De nombreux tests ont été effectués sur des diverses structures en acier.

Cependant, de nombreuses firmes d’ingénierie ont mystérieusement ‘nettoyé’ leurs pages Internet qui documentent sur leurs tests actuels de température.

Des chercheurs adroits sur le 11 Septembre 2001 ont capturé des pages en cache de  Corus Construction (parmi d’autres documents); et, ils montrent les résultats des tests.

Corus Construction attisait de grands incendies dans un certain nombre de structures d’acier disponibles (des garages de stationnement typiques); et, elle prenait des relevés.

Les feux brûlaient pendant environ une heure pour atteindre les températures atmosphériques quasi-maximales (environ 1500 °F – 815°C).

Puis, les employés mesuraient les températures des poutres d’acier une quinzaine de minutes lors de la ‘période dominante’.

Les températures de l’acier ont atteint un maximum de seulement 675 °F (357.22°C).

C’est un fait documenté.

Il n’existe pas de doute sur ce sujet car ce genre de tests et d’analyses ont été menés un nombre incalculable de fois dans le monde entier et depuis des décennies.

(Certes, si les incendies duraient plus longtemps, la température de l’acier aurait pu augmenter).

Peut-on croire que les architectes et les ingénieurs (et les investisseurs milliardaires) financeraient, bon gré mal gré, la construction de gigantesques gratte-ciel sans avoir auparavant déterminé avec une précision précise l’impact exact d’un incendie?

N’est ce pas absurde?

En 1993, John Skilling, un ingénieur en chef de la construction des structures du World Trade Center a fait le commentaire suivant sur des avions de ligne s’écrasant sur les tours.

‘.. Nos analyses indiquaient que le plus gros problème serait le fait que le kérosène (de l’avion) se déverserait dans l’édifice. […] Mais la structure serait toujours là. […]”

[Extrait du livre ‘City in the Sky’]

John Skilling

Autrement dit, les concepteurs ont soigneusement réfléchi à diverses questions liées au feu et l’acier, contrairement à des idées douteuses communiquées; selon lesquelles ‘personne n’aurait pu connaître ou prévoir l’impact des incendies au WTC’.

Dans une lettre devenue célèbre adressée au NIST, Kevin Ryan a abordé les questions relative aux températures du feu et de l’acier.

Ryan a joué un rôle majeur dans le dénommé ‘9/11 Truth movement’ (un mouvement de la vérité sur le 11 septembre 2001).

Il était un expert certifié travaillant pour ‘Underwriters Laboratories’, lequel était en charge d’analyser l’incendie et l’effondrement des tours du WTC.

Il a envoyé sa lettre de réfutation quand il a commencé à réaliser que le gouvernement essayait de camoufler des faits.

‘The National Institute of Standards and Technology’ (NIST) a travaillé sur un rapport, qui avait pour but d’expliquer comment de légers ‘feux’ ont entraîné l’effondrement des tours jumelles.

Le 11 Novembre, Monsieur Ryan a envoyé sa lettre suivante à Monsieur Frank Gayle du NIST.

La réponse à la correspondance de Ryan a été son licenciement immédiat.

Cet acte est une partie de la réponse à la question, que certains se posent, sur la façon de comment ces grandes entreprises peuvent éviter que des affaires deviennent publiques.

En effet, un certain nombre de ‘dénonciateurs’ ont été injustement bâillonnés, incendiés, marginalisés, emprisonnés et assassinés, alors qu’ils tentaient de révéler un grand nombre de ces supercheries.

(Gary Webb de la ‘San Jose Mercury News’ est un exemple de ce genre, dont il sera question plus tard.)

Voici quelques extraits de la lettre de Kevin Ryan.

Il continue d’y avoir un certain nombre ‘d’experts’ faisant des déclarations publiques au sujet de la manière dont les bâtiments du World Trade Center se sont écroulés.

L’une de ces personnes, le docteur Hyman Brown de l’équipe de construction du WTC, prétend que les bâtiments se sont effondrés car les structures d’acier se seraient déformées à cause des incendies, qui brûlaient à 2000 ° F (1100 °C).

Il déclare, ‘ce qui a causé l’effondrement des tours, c’est le carburant des avions … qui brûlait à 2000 ° F. L’acier dans cette zone d’impact de cinq étages [entre le 93e et le 99e étage] a fondu.

Nous savons que les composants d’acier étaient certifiés conformes aux normes ASTME119.

Les courbes de temps des températures de cette norme exigent que les échantillons soient exposés à des températures d’environ 2000°F (1100 °C) pendant plusieurs heures.

Et, nous en convenons tous, l’acier utilisé répondait à ces spécifications.(…)

Vos conclusions suggèrent que l’acier a probablement été exposé à des températures de seulement 500 °F (250 °C), ce qui correspond à ce qu’on pourrait attendre d’une analyse thermodynamique de la situation.

Cependant, le résumé du nouveau rapport du NIST semble ignorer vos conclusions; et, il suggère que ces faibles températures ont provoqué le ‘ramollissement et la déformation’ de morceaux du noyau d’acier du bâtiment.

D’autre part, ce résumé stipule que les colonnes du périmètre se seraient déformées.

Pourtant vos conclusions montrent clairement que ‘la plupart des colonnes du périmètre (de157 à 160) n’ont pas été exposées à des températures supérieures à 500 °F (250 °C).’

Pour ramollir l’acier afin d’être forger, il doit normalement atteindre une température de plus de 2200 °F (1100 °C).

Cependant, ce nouveau rapport suggère que des températures bien plus basses sont capables non seulement de ramollir l’acier en l’espace de quelques minutes, mais sont aussi la cause de l’effondrement rapide de la structure.

Cette histoire ne rime tout simplement à rien.

Si l’acier de ces bâtiments s’est ramolli ou a fondu, je suis certain que nous sommes tous d’accord pour dire que cela, n’était certainement pas dû à des incendies de kérosène, de quelque façon que ce soit, et encore moins aux courts des incendies dans ces tours.

Ce fait devrait être une grande préoccupation pour tous les Américains. (…)

 En outre, je suis persuadé que votre travail pourrait être un point de départ à la vérité; et, par conséquent la paix et la justice mondiale pourront à nouveau régner.

Je vous prie de faire votre possible pour rapidement éclaircir la confusion sur la capacité des incendies dues au carburant d’aviation à ramollir ou à faire fondre des structures en acier.

CONFIRMATION à contrecœur du NIST

En Septembre 2007, une lettre de concessions assez étonnantes et publier à contrecoeur par le NIST, envoyée au représentant du plus grand ‘REGROUPEMENT DES FAMILLES VICTIMES DU 11 septembre 2001’, Bill Doyle (qui a aussi fortement conclu que le 11 septembre 2001 était un “INSIDE JOB” – (‘TRAVAIL DE L’INTÉRIEUR‘).

Sous la pression du regroupement des familles des victimes du 11 septembre 2001, le NIST a admis (dès le 27 septembre 2007) que tous les échantillons testés d’acier provenant de ‘ground zero du World Trade Center’ ont révélé qu’ils n’ont pas pu être chauffées à une température supérieure à 500 °F (250 °C). (Voir Section E)

Exactement ce que Kevin Ryan, Jim Hoffman, les témoins réticents de ‘Corus Construction’ et plusieurs centaines d’autres experts ont prédit.

Alors, comment ces bâtiments ont-ils pu s’effondrer si l’acier n’a jamais été chauffé à plus de 500 °F (250 °C)?

Vous pouvez à peine faire cuire un gâteau à 500 °F (250 °C).

Alors, comment cette température a pu causer une chute libre d’une structure d’acier pour en faire un tas de gravats fumant?

QU’EN EST-IL DE L’IMPACT DE L’AVION ET DE LA COMBUSTION DU carburéacteur?

En regardant les écrasements d’avions eux-mêmes, on peut se demander si les impacts en combinaison avec les feux ultérieurs du kérosène auraient pu potentiellement détruire ces bâtiments?

Nous avons déjà partiellement répondu aux questions concernant les incendies dans une structure en acier.

Mais considérerez ceci, le carburant n’est pas propice à un long et profond brasier car il s’évapore très rapidement.

Essayez de faire cuire vos hamburgers sur le barbecue au-dessus d’un bol de combustible enflammé.

Le résultat serait une énorme boule de feu et une viande crue légèrement brûlée.

Vous voudriez vite retourner au charbon de bois pour les faire cuire plus lentement!

Le carburant, qui est essentiellement du kérosène, brûle à une très faible température entre 500 à 700°F [260°C à 371,11°C].

Dans les dernières pages de leurs rapports embrouillés, le NIST avec de vagues commentaires a concédé que le carburant a disparu en quelques petites minutes.

Les seuls combustibles subsistant étaient les documents en papier à terre, des fauteuils et des rideaux, etc.

Par ailleurs, sur la photo ci-dessus nous voyons qu’environ 80% du carburant de l’avion s’est instantanément évaporé, sous la forme de cette énorme boule de feu (d’environ 500 mètres).

Or, 51 minutes plus tard, ce bâtiment a été le premier des deux à s’effondrer dans un tas de décombres.

Comment les bâtiments ont fondu avec du carburant d’aviation?

Il y avait trop peu de carburant à l’intérieur de ces bâtiments pour produire cela.

Traduction ou résumés  d’un extrait de WOLVES IN SHEEP’S CLOTHING

Suite: Selon experts en aviation, les compétences des pirates sont incompatibles avec les prouesses de pilotage exécutées

Sommaire


Mises à jour

Des preuves scientifiques solides prouvent qu’il s’agissait d’une opération sous fausse bannière .. [2018]

4 Comments

  1. avatar

    Bonsoir,
    J'espère que vous allez bien, merci pour votre site et vos vidéos.
    Concernant le 9/11, que pensez-vous des révélations de Dimitri Khalezov sur youtube :

    9/11: The Third Truth – Dimitri Khalezov (1of2) and (2of2 full)

  2. avatar

    Le blog est il abandonné ?
    dommage.

  3. avatar

    Melba, non le blog n'est pas abandonné.. mais j'ai eu quelques désagréments. Je vais m'y remettre… veuillez m'excuser. Merci pour ton soutien.

  4. avatar

    Bonjour,
    J'espère que vous allez bien, merci pour toutes vos infos.
    Concernant le 9/11, que pensez-vous des révélations de Dimitri Khalezov sur Youtube :

    9/11: The Third Truth – Dimitri Khalezov (1of2) and (2of2 full)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.