Partie 8

[2010 – Remises à jour en 2022]

En résumé, pour simplifier cette partie, l’auteur deWOLVES IN SHEEP’S CLOTHINGexprime son désarroi sur ces multiples symboles occultes multiples diffusés au nom de la Bible par ces évangéliques conservateurs.

Il rappelle des écrits de la Bible qui sont en complet désaccord et contraires à leurs informations transmises à coup de propagandes massives.

D’après l’auteur, il écrit ce qui suit.

Quant à la possibilité que des “loups” enseignent la Bible, j’ai entendu des gens dire que les satanistes ne pourraient jamais enseigner la Bible.

Ah bon?

Les loups déguisés en brebis [moutons, ou agneaux] n’enseignent pas la Bible ?

Comment pourraient-ils autrement être des loups efficaces et des ‘faux prophètes’?

J’ai des nouvelles pour vous.

Les sbires du diable réussissent très bien à donner l’impression d’enseigner la Bible pratiquement de bout en bout avec une série de retouches subtiles (mais critiques).

[l’Auteur donne l’exemple d’une page en ligne sur ce genre de cas] .

Cependant, Kay Arthur par exemple, en plus des symboles occultes utilisés sur ses livres*, elle manifeste un soutien sans borne pour Israël.

[*et dans ses émissions télé-évangéliques]

Par conséquent, pourquoi des agents évangéliques, tels que Kay Arthur mettent autant d’énergie a insérer des signes occultes* tout en affichant leur tendance politique au niveau international?

[*Des signes occultes reconnus à travers l’histoire comme des symboles franc-maçons, sataniques, lucifériens, mystiques, etc.]

Pour qui le font-ils?

Pourrait-on penser que tout ce symbolisme occulte utilisé dans le matériel évangélique est un moyen de ralliement de partisans à leur cause?

Quelle est la cause?

Mais, parfois, il n’y a pas besoin d’autant d’artifices subliminaux pour que quelques-uns tombent dans le panneau.

La fabrication de la peur et de la haine suffit pour mener un troupeau à l’abattoir.

Quant est il de leur influence au niveau de la politique?

La plupart des évangélistes américains croient que les Juifs sont le peuple élu de Dieu, et que ‘le Temple ressuscitera au temps de l’Armageddon’.

En 2006, une enquête de Pew a révélé que les chrétiens évangéliques américains étaient plus favorables envers Israël que l’américain moyen.

Cependant, dans une enquête Pew, 42% des juifs américains ont exprimé leur hostilité envers les évangéliques et les fondamentalistes. [source]

Selon Allan C. Brownfield, ‘C’est à cause de leur aspiration pour la fin du monde que de nombreux dirigeants fondamentalistes américains, tels que Jerry Falwell et Pat Robertson [vu ici], ont adopté les positions israéliennes les plus extrêmes concernant la Terre Sainte; et ils se sont opposés aux efforts visant à parvenir à un règlement de compromis entre Israéliens et Palestiniens.’

Il y a eu aussi une très étrange pseudo-sainteté qui a été accordée au gouvernement d’Israël par des hauts dirigeants chrétiens.

(Dont certains ne sont pas réellement ‘chrétiens’).

Vers 2000, l’intérêt populaire pour le sionisme chrétien est stimulé sous la forme de la Left Behind de Tim LaHaye et Jerry B. Jenkins.

LaHaye a joué un rôle important pour amener la droite religieuse à soutenir George W. Bush pour la présidence en 2000.

[Christofascism]

‘Un livre de 2003, The Faith of George W Bush, d’un auteur religieux, Stephen Mansfield, raconte plusieurs anecdotes sur le sens de la direction divine de M. Bush.

Alors qu’il réfléchissait encore à sa candidature à la présidence, il aurait confié à un évangéliste texan, James Robinson, qu’il avait le pressentiment d’une tragédie nationale.’

J’ai l’impression que Dieu veut que je me présente à la présidence.

Je ne peux pas l’expliquer, mais je sens que mon pays va avoir besoin de moi.

Quelque chose va se passer’, a déclaré M. Bush.

‘Je sais que ce ne sera pas facile pour moi ou ma famille, mais Dieu veut que je le fasse.’

‘Son histoire personnelle de rédemption de la consommation excessive d’alcool et de l’enfer faisait partie intégrante de sa campagne de 2000.’

‘Peu après les attentats du 11 septembre, M. Bush a parlé d’une “croisade” contre les ennemis du pays.’

‘Deux ans plus tard, il a laissé entendre que sa doctrine de politique étrangère préventive était également d’inspiration divine.’

Les soupçons d’un programme évangélique rampant ont déclenché une indignation avec les commentaires d’un général américain, William Boykin [..].

La guerre contre le terrorisme, a déclaré le lieutenant-général Boykin à des groupes chrétiens en 2003, était une guerre contre satan.

Au président, le général a demandé:

‘Pourquoi cet homme est-il à la Maison Blanche?

La majorité des Américains n’ont pas voté pour lui.’

Il est à la Maison Blanche parce que Dieu l’y a placé pour un temps comme celui-ci.’

‘Après une brève enquête, le général a non seulement été disculpé pour propos déplacés, mais il a été promu sous-secrétaire adjoint à la défense pour le renseignement.’

[Comment la renaissance de George Bush est devenu un homme en mission, par The Garden 2005]

En mars 2003, un article de The New Republic parlait de George W. Bush comme du président ‘le plus wilsonien depuis Wilson lui-même’, faisant référence à la pensée du président Woodrow Wilson.

Cette comparaison ne visait naturellement pas le multilatéralisme de Wilson, chantre de la Société des Nations, mais bien son internationalisme.

Et, surtout la conviction que le modèle américain de démocratie libérale est moralement supérieur et doit être exporté («make the world safe for democracy»).

Une conviction qui est partagée par George W. Bush. 

Cette conviction prend elle-même sa source dans l’exceptionnalisme américain.

Cet exceptionnalisme remonte lui aux fondateurs puritains du XVIIe siècle (cf. notamment le discours de John Winthrop, sur la nouvelle Jérusalem).

[John Winthrop était un rosicrucien et premier gouverneur du Massachusetts qui a établi la vision puritaine de l’Amérique. Son descendant Robert C. Winthrop croyait que les colons étaient destinés à s’étendre à travers l’Amérique du Nord.

La doctrine trouve son origine dans les enseignements de la franc-maçonnerie sur le rôle ‘divin’ que l’Amérique jouait dans le monde, et basée sur la croyance américaine du XIXe siècle selon laquelle les États-Unis, souvent spécifiquement la ‘race anglo-saxonne’, étaient destinés à s’étendre à travers le monde. – League of Nations / Amérique]

Dans les premières années de la République de Wilson, cet exceptionnalisme s’était traduit par une politique isolationniste, visant à se retirer d’un monde européen vu comme corrompu; dont, les principes sont inscrits dans le discours d’adieu de George Washington mais aussi dans la doctrine Monroe.

Henry Kissinger voit dans la transition entre Theodore Roosevelt, le réaliste prudent, et Wilson, l’internationaliste idéaliste, la décision ‘charnière’ dans l’évolution de la politique étrangère américaine vers l’internationalisme et le messianisme.

[Doctrine Bush par Wikiped sur le Parisien]

L’ironie du sort, c’est que le Nouvel Ordre Mondial promu par des politiciens pour un gouvernement mondial (du style messianisme pour l’arrivé de l’Antichrist pour d’autres) a été en mesure de progresser, notamment avec l’appui généré parmi les évangéliques, ainsi que d’autres groupes religieux conservateurs.

Les évangéliques (y compris les charismatiques) ont été l’une des sous-cultures politiques les plus influentes dans le monde.

Et, des personnes actuelles de l’église ont menti et trompé le monde sur les événements en cours, de même qu’à la plupart des américains.

Dans la politique américaine, la règle d’or a été ‘comme les évangéliques conservateurs vont, ainsi va la nation’.

Ce qui revient à un genre d’aveugles irrationnels qui pensent que ‘L’Amérique ne peut pas mal faire’; et, que l’Amérique sera toujours en pleine ‘adoration‘.  

Le problème est que les évangéliques ont basé de facto ‘l’approbation générale‘ sur des Écritures mal appliquées, qui parlent des bénédictions de ceux qui viendront aider le peuple juif.

Fournir une aide et réconfort aux personnes juives est parfaitement louable, mais cela n’a absolument rien à voir avec cet étrange ‘exceptionnalisme moral‘ conféré au gouvernement israélien.

Et, ainsi l’épine dorsale du soutien pour pousser le gouvernement américain à la militarisation dans le monde entier (le prétendu Americana Pax) a été soutenu aussi par le segment de la communauté américaine conservatrice et chrétienne.

Bien évidemment, les complexes militaro-industriels des États-Unis ont été les principaux meneurs sur le Moyen-Orient.

De nombreux évangéliques ont glissé par ‘inadvertance’ dans un état d’esprit quasi sectaire, un état d’esprit de ‘l’exceptionnalisme américain’.

Serait-ce une coïncidence?

Ces évangéliques ont glissé dans une sorte de revivalisme évangélique et messianique américain par ‘inadvertance’?

Pourtant, rappelez-vous.

John Winthrop était un rosicrucien [vu ci-dessus].

Selon Nicholas Hagger dans The Secret Founding of America: The Real Story of Freemasons, Puritans, & the Battle for The New World :

‘En effet, le puritanisme et le rosicrucianisme étaient si proches par essence qu’on peut dire que la philosophie puritaine était en fait rosicrucienne.’

Or, ‘la fondation de l’Amérique était une mission rosicrucienne, inspirée par la Cité du Soleil de Francis Bacon, la Nouvelle Atlantide, pour établir un refuge où ils seraient libres de pratiquer leurs vues hérétiques.‘[..]

Et,Francis Bacon est généralement célébré par les maçonniques historiens comme ayant été un rosicrucien.’

‘Dès 1638, un indice d’un lien entre le rosicrucianisme et la franc-maçonnerie fut publié, avec la première référence connue au “Mason Word” publiée dans un poème à Édimbourg en 1638’:

‘Pour ce que nous faisons du présage n’est pas en gros,
Car nous sommes frères de la Rose-Croix :
Nous avons le mot Mason et la seconde vue,
Nous pouvons prédire les choses à venir correctement …’

[L’ère élisabéthaine]

‘Comme l’a expliqué Pike, le but de la franc-maçonnerie est d’accomplir les prophéties de la fin des temps du livre de l’Apocalypse.’ [..]

Cette mission, selon des occultistes comme Manly P. Hall, est l’accomplissement d’un ‘Plan Universel’.

Il est également connu sous le nom de ‘Le Grand Œuvre’ (latin : Magnum opus).

Il est interprété à partir des enseignements ésotériques de la tradition mystique juive de la Kabbalah, selon laquelle cet accomplissement viendra d’une résolution de tous les contraires, conduisant à l’ordre hors du chaos, ou ‘ordo ab chao’ en latin (selon l’affirmation maçonnique).

Ainsi, dans la franc-maçonnerie, l’instauration de la ‘démocratie‘ américaine est perçue comme au premier rang d’un destin sacré, la reconstruction du Temple de Salomon, comme allégorie de l’instauration d’un Novus Ordo Seclorum (Nouvel Ordre des Âges).

Dans l’Encyclopaedia of Freemasonry , l’historien maçonnique Albert Mackey affirme:

‘De tous les objets qui constituent la science maçonnique du symbolisme, le plus important, le plus chéri, par le maçon, et de loin le plus significatif, est le Temple de Jérusalem.’

[- America]

Suite: Suite: L’archétype moderne de l’ecclésiastique occultiste “chrétien”

Sommaire


Autres infos en lien

Les évangéliques ont été un bloc électoral important pour les républicains depuis l’ère Reagan.

En 2004, ils ont joué un rôle important dans la réélection de George W. Bush.

En 2006, l’éthicien chrétien David P. Gushee et le politologue Justin Phillips se sont penchés sur l’élection de 2004 et l’impact du vote évangélique.

L’un des grands chocs de la saison des primaires présidentielles a été le nombre de chrétiens évangéliques qui soutiennent Donald Trump .

Et, il a réussi cela sans assumer le rôle d’une personne de foi.

[Critique sur le vote évangélique, en 2016 sur daily.jstor.org]

Quoique lors d’un rassemblement aux États-U, Trump a décrit ‘une conversation avec Dieu’.

– Trump a suggéré que l’impact de la pandémie sur l’économie était l’œuvre de Dieu .

‘Nous avons construit la plus grande économie de l’histoire du monde et je dois maintenant la refaire.’

‘Maintenant tu sais ce que c’est?

C’est Dieu qui me teste’, dit-il.

‘Dieu a dit: tu sais, tu l’as fait une fois.’

‘Et j’ai dit: Ai-je fait un excellent travail Dieu?

Je suis le seule à pouvoir le faire.’

– ‘Bénis soient les pauvre ..’ [blessed are the poor.]
– Trump: FAux!! [wrong!!]

[Y en a qui l’ont pris pour le messie mais ses caprices se sont illuminées au grand jour.]

Et puis ..

– Soumis par David Livingstone – 08/2015

  • ‘Il a été rapporté que 27 clients de lobbyistes liés à Trump ont reçu jusqu’à 10,5 milliards de dollars de ces dépenses; que les bénéficiaires ont également inclus plusieurs entités liées à la famille de Jared Kushner et d’autres associés et alliés politiques de Trump.’ [Faire face à l’autre crise du COVID: la corruption]
  • Chrétiens sionistes par henrymakow [2006]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.